[CV-VIDEO] Deux ans… enfin !

22 novembre 2011 dans En vrac, Personnel

Et voilà. Ça fait deux ans.

Je ne dirai pas que c’est passé vite, parce qu’il y a eu quelques mois très difficiles. Je ne peux pas dire non plus que c’est passé lentement tellement j’ai l’impression que c’était hier.

C’était une semaine de ma vie, dense, éreintante, fascinante, pleine de leçons, un peu hors du temps, et je peux dire désormais qu’elle a changé le cours de mon existence.

***

Dimanche 15 novembre 2009. J’ai l’idée. Le besoin, du fond des tripes, de créer. J’écris quelques phrases sur un bout de papier. Les images et la construction arrivent tellement vite dans ma tête que j’ouvre immédiatement un fichier Excel pour y construire le découpage détaillé, mot pour mot. J’écris. Le texte de la voix-off, les enchaînements. J’écris. Le résumé de ma vie. Sans y penser, sans m’y attarder, sans faire le point. Il faut avancer, je n’ai pas le choix, c’est ma dernière année d’étude, il me faut absolument ce contrat.

J’envoie des mails. Besoin d’une amie pour cadrer et pour m’aider à la mise en scène. Besoin du trépied d’un pote. Besoin d’un carton pour faire ma pancarte. Et puis c’est à peu près tout, finalement. Tout le reste, je l’ai : l’appareil photo pour les images, Windows Movie Maker pour le montage – que j’apprendrai au fur et à mesure – la musique, la voix, les décors, les costumes, les accessoires qui nécessiteront quelques courses quand même…

Le lundi, je fais ces courses. Je visionne toutes les archives de vidéo que je peux avoir de mes passages sur scène. Je peaufine le scénario, le texte, le découpage, je vais chercher le trépied, je travaille le ton d’André Dussollier ; et accessoirement je vais en cours.

Le mardi, je tourne les plans à la fac et je commence le montage avec les éléments que j’ai déjà. La voix-off brouillon m’aide à tout caler, je sélectionne les bouts de répliques de mes passages sur scène dont j’ai besoin, je resserre le texte pour donner plus de rythme, je rajoute quelques vannes visuelles… Et puis, j’ai cours toute la journée.

Le mercredi, je parcours Paris et ses environs pour aller prendre en photo mes anciens jobs, je continue à monter les éléments au fur et à mesure qu’ils arrivent, et je ne dors pas. Je ne dors plus depuis dimanche. Trop d’excitation. Je crée, enfin, ça fait du bien. Et je n’avais jamais fait ça avant. Un court-métrage, de A à Z. Je n’avais jamais monté une seule image, jamais filmé quoi que ce soit. J’organise la journée du jeudi, la journée de tournage.

Le jeudi, tournage. Ereintante journée, excitante journée. Le soir, tard, quand la lumière fuit, je m’écroule et je regarde les rush. Malgré l’épuisement, un sourire émerveillé sur mon visage. Ce que j’avais dans ma tête ressemble trait pour trait à ce que je vois sur l’écran de mon PC. Battements, battements, battements de cœur…

Le vendredi, montage. Je me découvre tellement perfectionniste… Je m’apprends au fur et à mesure que j’apprends la technique. Je m’apprends beaucoup, en fait… Et je ne dors toujours pas.

Le samedi, fac le matin, expo l’après-midi avec mes parents exceptionnellement de passage à Paris. Le soir, réunion familiale. Je m’écroule sur le canapé et je dors 3 heures. Je continue le montage quand je rentre, jusqu’au milieu de la nuit.

Le dimanche, je tourne les derniers plans, ceux avec mes parents. Et l’après-midi, je les intègre. Le soir, je décide d’arrêter de peaufiner. Je regarde la résultat.

Battements de coeur.

Il est là. C’est moi qui l’ai fait. J’ai envie de pleurer. Il est tel que je l’avais imaginé. Parfait. Imparfait, sans doute, comme un enfant qui a forcément des défauts. Mais c’est le mien. C’est moi qui l’ai fait. Il est parfait. Je pleure. Je ris.

Je le regarde une dixième fois avec tout le recul dont je suis capable. Un seul petit minuscule doute, et je le garde pour moi. Je connais trop les risques de la viralité du web… Il ne pardonne pas. Peu de chance que ça change ma vie de manière positive. De grandes chances qu’elle bascule du côté du cauchemar, en revanche… Pas vraiment de droit à l’oubli. Pas vraiment le droit de me planter.

Je la regarde, cette dixième fois. Attentive. Grave. Battements de coeur.

Je n’ai aucun doute.

Surprise. 

Première fois de ma vie que j’ai autant foi en quelque chose que j’ai créé. Larmes de fatigue. De fierté, aussi…

97%… 98%… 99%… Youtube l’a avalée. Il se l’est appropriée. Je la lui ai confiée. Ma vidéo…

Nous sommes le dimanche 22 novembre 2009 et le CV-vidéo façon Amélie Poulain est en ligne. Un morceau de moi est accessible à qui veut…

***

Nous sommes le 22 novembre 2011 et je regarde la pancarte que j’ai gardée – de justesse (je m’apprêtais à descendre aux poubelles quand une amie m’appelée pour m’informer du début de tout le ramdam…)

Battements de coeur.

Battements de coeur, parce que s’il n’a pas eu l’effet escompté sur le moment, je sais aujourd’hui que ceux qui me répétaient qu’il aurait un effet à long terme avaient raison.

***

Lundi 29 août 2011. Je pensais de plus en plus, de manière dangereusement sérieuse, à tout plaquer pour aller m’installer à Metz et reprendre une carrière de caissière jusqu’à la fin de mes jours.

22h03. Vinvin, lui-même, m’envoie un DM. Huit jours après, le mardi 7 septembre, j’étais embauchée chez StoryCircus, sa société de production, pour travailler sur une nouvelle émission, ambitieuse et folle, sur France 5 : Le Grand Webze.

Vinvin m’avouera plus tard qu’il s’était souvenu de mon CV-vidéo. Presque deux années après, il aura été la porte d’entrée à un poste auquel je n’aurais jamais osé rêver.  

***

Je n’ai pas envie de revenir sur ces deux années. Elles ont été difficiles. Pleines d’enseignements de toute sorte, bien sûr. Riches, d’une certaine manière. Mais finalement pas très agréables, malgré de bons moments.

Aujourd’hui, je souhaite les mettre définitivement derrière moi. Je voudrais remercier ici toutes les personnes qui ont vu, aimé et partagé ma vidéo par mail, sur leur blog ou sur les réseaux sociaux.

Je voudrais remercier Virginie Sarrazin sans qui ce court-métrage n’aurait jamais vu le jour. Son oeil de metteur en scène et sa manie du détail m’ont été indispensables.

Je voudrais remercier mes parents qui m’ont soutenue financièrement et moralement plus que de raison.

Et je voudrais remercier Vinvin. Bien sûr. Il est en face de moi à l’heure où j’écris cette phrase. Et voilà que ma gorge se serre et que les mots me manquent…

Je voudrais remercier tous ceux qui, de près ou de loin, m’ont permis d’arriver, ici, aujourd’hui.

***

En fait, j’aurais aimé écrire un billet rigolo. Un truc un peu léger, pour présenter l’émission en même temps et dire à quel point je m’y épanouis – tant de travailler avec des personnes impressionnantes de talents et de bonté d’âme (coucou Cyrille, coucou Henri !) que d’effectuer les tâches qui me sont confiées.

Mais je n’y arrive pas. L’émotion et la reconnaissance sont si fortes parfois que les mots – même écrits – sont impuissants.

Alors voilà. Ca fait 2 ans. Enfin. Je vais essayer d’arrêter d’avoir peur du lendemain et de prendre confiance en l’avenir. Le présent est si lumineux…

MERCI.

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Virginie Sarrazin, c’est ma coupine. On s’est rencontré à l’Ecole de Comédie Musicale des 3 Arts. Elle est comédienne, metteur en scène, chanteuse et auteur : elle a donc beaucoup de talents.

Vous allez me dire : je vais pas dire le contraire vu que c’est ma coupine. Certes. Mais justement, pour vous prouver que je ne dis pas ça juste parce que c’est ma coupine, allez donc vous en rendre compte par vous-même : elle est Madame de Réan (en alternance) dans l’adaptation musico-théâtrale des Malheurs de Sophie. Si vous avez des enfants, je vous le conseille vivement, c’est un très bon spectacle !

Et elle joue et co-met en scène un autre spectacle dont voici la très jolie affiche.

affiche-Vi.jpg

Les Malheurs de Sophie sont très connectés puisqu’ils ont un site officiel et une page fan. Ma coupine aussi d’ailleurs, puisqu’elle a un site, un blog et un compte Facebook.

Vinvin (aka Cyrille de Lasteyrie) est auteur et comédien. Il est également co-producteur et co-animateur du Grand Webze. Il est devenue une star des Internets mondiaux avec Bonjour America, des sketchs en vidéo à l’époque où Youtube et Dailymotion n’existaient même pas.

Aujourd’hui, c’est toujours une star des Internets mondiaux puisqu’il a un blog très visité, un compte Twitter très suivi et une websérie très appréciée (dont voici le premier épisode de la deuxième saison).

Et puis il y a Le Grand Webze (se cache ici un lien non-officiel, CHUUUT.)

Le Grand Webze, c’est l’émission sur laquelle je travaille. J’en suis sa community manager, responsable du foule-cherchage et lien avec les internautes lors des directs.

La prochaine émission sera vendredi 25 à 23h40 sur France 5 et elle sera évidemment passionnante et très interactive.

Vous pouvez suivre son actualité sur TwitterFacebook et le blog officiel où nous proposons aux internautes de nous aider à la préparer (c’est le concept, en fait).

Et puis aussi, on a un documentariste qui nous suit au quotidien et qui poste des vidéos des coulisses de la prod régulièrement sur son blog dédié.