[CV-VIDEO] Suite et fin

mai 13, 2010 dans En vrac, Personnel

J’ai signé. Ca y est, je me suis inscrite à la fac, ça y est, un employeur a bien voulu de moi.

Ne vous réjouissez pas trop vite. Ce n’est pas un contrat d’apprentissage, et je ne l’ai pas trouvé grâce à mes efforts de recherche d’emploi, que ce soit de manière classique ou par mon CV-vidéo.

Une camarade de promo a démissionné de son stage. Je la remplace donc. Mon employeur n’a même pas demandé à voir mon CV, à me rencontrer, à lire quelques-uns de mes articles. Non, elle a besoin de quelqu’un, ma camarade lui a parlé de moi, elle a dit d’accord. 

J’ai donc commencé mon stage à Planète Campus début mars, pour une rémunération de 398 € par mois. Autant vous dire que ce n’est pas assez pour payer mon loyer. Mes factures n’en parlons pas. Ni de la carte Orange, des courses, du train, de la laverie automatique, des livres pour la fac, etc… 

C’est ainsi.

Avais-je vraiment d’autre choix que d’accepter ? Non. C’est la seule façon de sauver mon année.

En tout cas, le fossé entre le succès de ma vidéo et la manière dont je suis finalement employée n’aura jamais été aussi grand.

Ce n’est pas très agréable. A vrai dire, je suis perplexe. Je ne sais pas quoi penser de cette situation. Je n’ai que des questions sans réponse.

Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? Pourquoi cet échec, malgré ce succès ? En ai-je trop fait ? Certes, ce que je cherchais était particulier ; mais pourquoi si peu d’autres propositions dans le journalisme ? La crise, vraiment ? Ai-je fait peur ? Ai-je paru trop « artiste » pour mériter ma place dans une rédaction ?

C’est une liste de questions non-exhaustives. Je cherche à comprendre, je n’y arrive pas. Peut-être parce que je n’ai pas assez de recul.

Si vous avez des idées, n’hésitez pas à les partager. Je peux tout entendre. Les commentaires vous sont ouverts…

 




 

[CV-VIDEO] Deux mois après, un premier bilan (4/4)

avril 20, 2010 dans En vrac, Personnel

4) Entre (petite) notoriété et (grosses) contrariétés


Vue de l’extérieur, ma situation avait certainement tout d’enviable. J’en ai croisés, des regards différents : admiratifs, jaloux, envieux, amusés, curieux, intrigués, bienveillants, attentionnés…
J’en ai entendu, des paroles gentilles (et j’en remercie chaudement leurs auteurs) :
« avec ce buzz, tu vas carrément tout de suite trouver un CDI dans une grande chaîne ! », « c’est génial, bon je libère ta ligne, y a sûrement 20 employeurs qui essayent de te joindre, là », « tu vas avoir l’embarras du choix, bravo ! », « c’est dingue ce que t’as fait, tout le PAF doit être à tes pieds », « bon alors, c’est quoi les nouvelles ?? tu veux pas nous dire parce que c’est du lourd ? »


C’était du lourd, oui. Du lourd de néant. Tout le PAF n’était pas à mes pieds, 20 employeurs n’ont pas essayé de me joindre, on ne me proposait pas de CDI, les grandes chaînes restaient désespérément muettes, et mon téléphone aussi.


Enfin non. Mon téléphone n’a pas arrêté de sonner. Des journalistes, tous les jours. Tous les jours, pendant 3 mois. Et à chaque fois, la même rengaine. « Vous auriez le mail de votre red’chef, ou un contact à la RH ?… » Jamais, jamais je n’ai pu décrocher le moindre mail, le moindre nom, le moindre numéro de téléphone. J’étais furieuse, bien sûr. D’autant plus que les excuses pour ne pas me donner ces informations étaient souvent foireuses. Ces journalistes avaient certainement peur que je leur vole leur job, je ne vois que cette explication. En tout cas, ça en disait long sur la situation de la presse en France, et, plus globalement, sur la peur du chômage… Donc, au bout du compte, je ne leur en veux pas vraiment.


En tout cas, j’avais beau être très demandée par les médias, je piquais toujours dans mon livret A pour faire mes courses. Réalité un peu moins glamour… (Merci Papa Maman de m’avoir payé ma Carte Orange. La RATP ne fait pas de tarif chômeur. Dommage.)


Toute cette période un peu folle a été rythmée par des situations en dents de scie. Pas faciles à gérer émotionnellement, moralement, nerveusement, et physiquement, elles m’épuisaient de toutes les manières que je viens de citer. En voici quelques exemples représentatifs.


- Suivie par la télé belge le matin, virée comme une malpropre le soir

J’étais fébrile : juste avant les vacances de Noël, une boîte de prod (vous n’aurez pas son nom, faudrait me payer très, très cher pour que je leur fasse de la pub) m’avait appelée et était prête à m’embaucher. C’était le résultat d’une candidature suite à une annonce sur Profilculture – non, ils n’avaient pas entendu parler de ma vidéo, et oui, je continuais à chercher par la manière « classique ». 


Je passe sur les vacances de Noël à passer des heures à commencer en télé-travail, en même temps que le baby-sitting de deux enfants (mais pas le week-end, quand même), les réponses aux sollicitations des journalistes, l’envoi de candidatures tous les jours, la surveillance de mon e-réputation (sur rue89, notamment), et, très accessoirement, du repos (ahahah) et les fêtes de famille.


Nous nous étions mis d’accord pour nous rencontrer « en vrai » avant de signer quoi que ce soit, mais ils m’attendaient de pied ferme le mercredi de la rentrée pour commencer à travailler. Bon. Ok.


La veille, la RTBF me contacte : ils voudraient me suivre pour un reportage. Ce premier jour prévoyant une embauche est une aubaine pour eux : on se donne rendez-vous à l’adresse de la fameuse boîte de prod. C’était tôt le matin avant l’heure à laquelle j’étais censée arriver – je ne voulais pas, pour mon premier jour, rappliquer avec des caméras. Routine habituelle : installation du micro, prises de vue refaites plusieurs fois dans la rue sous les regards intrigués des passants, interview, plans de coupe, etc. Un moment très agréable, en somme. J’avais la banane pour la journée. Du moins, je le pensais…


Ca s’est très mal passé. Visiblement, nous nous sommes mal compris. Il m’avait pourtant semblé avoir été claire… Je m’en suis pris plein la figure comme jamais ça ne m’était arrivé. Je vous passe les noms d’oiseaux… mais je vous offre cette réponse d’anthologie quand j’ai abordé la question du contrat d’apprentissage (attention, c’est du lourd !) : « On est une société de production, ici, pas un centre social. » 


J’ai pris mes affaires qu’on m’avait demandé de prendre, j’ai remercié de mon plus beau sourire, et je suis partie. Une fois la porte passée, inutile de vous dire que j’ai fondu en larmes. Ce n’était encore pas pour cette fois…


A 9 heures, j’étais la star du jour sur la RTBF (vidéo ci-dessous, heureusement que le logo de la société n’est pas identifiable) ; à 16 heures, j’étais une moins que rien « pas fiable, inconséquente » et « SDF » (je vous fais grâce du reste, je vous dis, je suis pas maso).


Belle illustration de ce que je vivais chaque jour…




- En préparation d’un colloque au ministère le matin, recalée le soir

Grâce à mon CV-vidéo, on m’a contactée pour faire partie des intervenants lors d’un colloque organisé par Valérie Pécresse, sur l’insertion des jeunes diplômés en Langues, Lettres, Sciences Humaines et Sociales dans les entreprises (et dont je vous ferai un compte-rendu, oui, promis, ça vient !).

Organisé par L’Etudiant, son directeur de la rédaction me demande où en sont mes recherches – au point mort. Il me propose d’intervenir en ma faveur auprès de la rédaction de L’Express, à l’étage du dessus. Chouette ! 

Le soir même, ironie du sort, je vois une petite annonce sur Twitter : L’Express cherche un stagiaire au pôle culture. Je saute sur mon clavier… et la réponse en message privé m’arrive quelques minutes plus tard : « Désolé Florence. Nous ne pouvons prendre que à plein temps. Merci d’avoir répondu c’est gentil. »

Damn it.


- Jeudi, consultante au ministère ; lundi, teubé au Pôle Emploi

Last but not least dans ma série des « dents de scie ». Un jeudi, donc, a eu lieu le colloque au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, où j’intervenais. Trois jours plus tard, j’étais convoquée au Pôle Emploi pour un atelier obligatoire : « Comment optimiser sa télé-candidature. Comment écrire une lettre de motivation. »

No comment. (Du coup, ça m’a donné envie de lui écrire une lettre, à Pôle Emploi.)


Voilà donc ce qu’était mon quotidien : sollicitée de toutes parts par les médias, et galérant comme n’importe quel autre demandeur d’emploi. Je vous assure que c’était pas facile de s’y retrouver. Heureusement que je suis solide… 

Bon, et bien sûr, quelques autres perles de ce genre : « Un stage chez nous ? Mais enfin mademoiselle, vous êtes bien trop qualifiée pour ce poste. » Ou encore, cette journaliste au téléphone : « Je vous aurais bien prise, mais j’ai engagé quelqu’un la semaine dernière… » Ou encore ce rédacteur en chef d’un grand magazine qui, en guise de réponse le lendemain d’un entretien… m’a unfollowée sur Twitter. Classe.


Le plus difficile, je crois, en plus du fait que plus les jours s’égrainaient, plus je risquais de perdre mon année, c’est l’incompréhension totale de la situation : un tel buzz pour… rien ?…

Mais… WTF ???

Je n’ai peut-être pas, à l’heure actuelle, assez de recul pour comprendre. Bien sûr, la presse est en crise. Bien sûr, ce que je cherchais était un peu particulier. Mais le fossé entre tout ce ramdam et le silence de mon téléphone était tellement grand…