[ARTICLE] Facebook et Twitter : quand la vie virtuelle rend la vie réelle plus riche

juin 24, 2011 dans En vrac, Société

[Article paru sur newzitiv.com]

Bonne nouvelle : une étude américaine a prouvé que l’utilisation régulière de Facebook apporte une vie sociale plus riche. Qu’en est-il de Twitter ? NewZitiv a mené l’enquête.

Une étude a récemment fait le tour du web : selon le centre indépendant américain Pew, les personnes qui utilisent beaucoup Facebook sont plus aptes à avoir une vie sociale riche au-delà de l’écran (sondage réalisé auprès de 2255 utilisateurs).

« On a beaucoup spéculé sur l’impact des réseaux sociaux sur la vie sociale des internautes », explique Keith Hampton, responsable de l’étude. « L’essentiel du débat tourne sur le risque que ces sites nuisent aux relations des internautes et les éloignent de la participation au monde. Nous avons découvert que c’était exactement le contraire: que les gens qui utilisent des sites comme Facebook ont en fait plus de relations proches et ont plus de chances de s’impliquer dans des activités politiques et civiques. »

Le cliché du nerd blafard vissé à son écran et entouré de cartons de pizza n’a donc plus lieu d’être. Cette étude le prouve : les échanges en ligne favorisent les échanges dans la vraie vie. Si c’est vrai de Facebook, qu’en est-il de Twitter dont on parle de plus en plus ? Quatre utilisatrices et trois utilisateurs accro au célèbre site de micro-blogging ont bien voulu témoigner.

« Une vie sociale plus riche autant en terme de qualité que de quantité »

Ils sont unanimes : oui, il y a eu un avant et un après Twitter concernant leur vie sociale, et pour un changement positif. @nikolittlestar par exemple, 30 ans, trafic manager et spécialiste du Pandaranol, a « beaucoup plus d’activités extérieures depuis Twitter ». @TrisAcatrinei, elle, avoue « une vie sociale plus riche autant en terme de qualité que de quantité », quand @Michael_Ange, 30 ans, explique le changement avec humour : « Avant, je n’avais pas de chien. Je n’en ai toujours pas, mais c’est moins grave »@sophiegironi, 36 ans, consultante en stratégie et marketing web, tempère cependant : « Je ne suis pas passée de nerd derrière mon écran à jet-setteuse. En revanche ce qui a changé, c’est le flux de nouvelles têtes que je rencontre régulièrement ».

Concernant les rencontres dans la vraie vie grâce à Twitter, il est en moyenne d’une centaine de personnes, dont une dizaine devient au fur et à mesure de véritables amitiés, sans oublier « de vrais coups de cœur » comme s’en réjouit @JuliaChou, 24 ans, chef de projet jeu web. Pluspositif encore : Twitter favorise les rencontres « avec des gens qu’on n’est pas susceptibles de rencontrer en vrai », comme l’analyse @LaPlanneuse, 20 ans, étudiante en communication.

En résumé, on ne se cantonne plus à son cercle socioprofessionnel de référence et on élargit les horizons vers des personnes de tous âges, de toutes professions (souvent, quand même, autour des métiers du web, de la communication, du marketing, et de l’information), et de toutes sensibilités (culturelles, politiques, etc). Et cela est valable également pour un côté strictement intellectuel : « Ca m’ouvre l’esprit sur beaucoup de sujets car je fréquente des gens d’horizons très différents », précise @TrisAcatrinei.

« Beaucoup de rencontres sont très positives »

Si les rencontres sont aussi nombreuses et aussi réussies, c’est parce qu’il est difficile d’être déçu après avoir longtemps suivi une personne qui se livre quotidiennement en 140 caractères maximum : « J’ai rarement eu de mauvaises surprises, et les gens que je trouve sympathiquesen 140 caractères sont rarement à l’opposé dans la vraie vie. Une amitié met du temps à se construire. Twitter peut contribuer à la rencontre ; le reste, c’est dans les faits que ca se joue », explique @sophiegironi.

@nikolittlestar confirme : « Beaucoup de rencontres sont très positives car les gens sur Twitter sont eux-mêmes, cela permet de savoir très rapidement si on pourrait s’entendre, et donc de mieux choisir avec qui on discute, et avec qui on se lie. Les rencontres réelles se passent donc toujours très bien, et je n’ai connu aucune déception de ce côté-là. »

Mais Twitter n’apporte pas seulement une vie amicale plus riche. @TrisAcatrinei a tenu à préciser ce mot de la fin : « Je ne regrette pas du tout de m’être inscrite sur Twitter car en dehors de l’aspect vie sociale, cela m’apporte beaucoup de choses au quotidien. » Quant à @Michael_Ange, il tire du positif « du rire, des informations, et des échanges ».

PMV spécial Twitter

Et nombre de Petits Miracles de la Vie (PMV) peuvent être associés directement à Twitter :

@hardisk, 17 ans, lycéen : « Quand je faisais de la webradio, au beau milieu des révolutions arabes, j’avais besoin d’un intervenant sur place avec un téléphone pour le passer à l’antenne. Grâce à la tonnes de retweets de mon appel, j’en ai trouvé un qui m’a donné plein d’infos. C’est ce soir là que j’ai vu la puissance de Twitter. »

- @JuliaChou : « J’ai trouvé une colocation via Twitter, puis, un an plus tard, mon appartement qui est absolument génial. »

- @TrisAcatrinei : « Mon PMV a été de rencontrer une personne qui se reconnaîtra qui a vraiment changé beaucoup de choses dans ma vie, sans réellement me demander mon avis. Larencontre a été le fruit à la fois du hasard et d’une succession d’évènements curieux. Quoiqu’il en soit, c’est grâce à Twitter que je l’ai rencontré. »

- @LaPlanneuse :  »Un de mes (vrais) amis actuels, avec qui je débats beaucoup et avec lequel j’ai de longues discussions, notamment sur notre domaine professionnel relativement similaire, amenant même une collaboration certaine, je l’ai rencontré sur Twitter. A la base, nous avions juste des followers en commun. »

- @Michael_Ange :  »Un billet écrit sur mon blog né d’un échange avec une twitta (qui est accessoirement une blogueuse beauté). L’un de mes billets les plus drôles écrit à un moment où je n’étais pas très bien. »

- @sophiegironi : « Je suis toujours positivement surprise par la capacité des twittos à aiderquand on a besoin d’un coup de main, leur rapidité de réaction. Pour moi, c’est devenu une vraie source d’infos. Voire parfois de réconfort quand je rencontre des galères d’entrepreneur. »

C’est en tout cas une bonne nouvelle pour les utilisateurs les plus réguliers des réseaux sociaux : ils pourront désormais dire que non seulement ça n’empiète pas sur leur vie sociale, mais qu’en plus ça l’enrichit.

Florence Porcel, pour newzitiv.com