[CINEMA] 2012 : l’odyssée de l’espèce

14 novembre 2009 dans Culture, En vrac, Travaux universitaires

Consigne :
Donnez-moi furieusement envie d’aller voir un film.

Correction :
Humour salubre. Et bienfaisant.

Novembre. Les congés d’été semblent dater du siècle dernier. La magie de Noël est encore inaccessible. L’ambiance est à la Toussaint, sur la terre, comme au ciel. Les étudiants commencent à être pénibles ; vous repoussez vos corrections. C’est la semaine du handicap au travail, la grippe A tue, la faim dans le monde, l’échec de Copenhague est annoncé, la planète se meurt : OUI, on va tous crever ! C’est inéluctable, de toute façon : alors amusons-nous-en !

Prenez 2012 de Roland Emmerich, par exemple. Un remède excellent contre la morosité ambiante ! Vous êtes fatigué d’écrire, de corriger, de préparer, de converser intelligemment ? Débranchez votre cerveau pendant 2h40 ! Vous avez froid ? Une salle pleine à craquer vous réchauffera ! Vous êtes las des catastrophes des journaux télévisés ? Allez assister à une bonne vieille fin du monde comme on les affectionne !

Ce film a toutes les qualités : des effets spéciaux qui nous scotchent au siège, des cataclysmes épouvantables mais pas pour de vrai donc c’est très excitant, de l’humour régulièrement, des héros sympathiques, des jeunes femmes absolument jolies, et un rythme haletant. Ca fait boum, crac, pan, glouglou, hiiii, ouf, re-boum ; bref… ça bouge dans tous les sens, tout s’effondre, explose, coule, et nous redevenons des adolescents stupides et émerveillés. CA-FAIT-DU-BIEN !

L’apocalypse en salles devrait être remboursée par la Sécurité sociale. Les peurs sont évacuées et les angoisses calmées le temps d’une catharsis. Et alors que le monde, sur la bobine, repart de zéro, le spectateur affronte de nouveau une réalité un peu plus légère à supporter.

Et c’était pas gagné.