[ITW] Henri Dès : un chanteur branché pour (grands) enfants

15 janvier 2010 dans Culture, En vrac, Interviews

Henri Dès, 69 ans, enchante depuis plus de 30 ans l’ouïe exigeante des petits et des grands. Ce chanteur suisse, dont la carrière a décollé suite à l’effondrement de celle de Chantal Goya, propose à des générations d’enfants des chansons jamais niaises, au vocabulaire souvent riche et à l’instrumentation recherchée. Sollicité notamment par un public français conquis, il remplit régulièrement l’Olympia pour le plus grand bonheur de tous.

Vous êtes un adulte depuis longtemps, maintenant ; comment arrivez-vous si bien à percevoir les attentes, les interrogations, les peurs, les angoisses des enfants ?

C’est difficile à dire… Je suis un adulte qui essaye de trouver une frontière qui est assez fine et assez fragile entre le monde de l’adulte et le monde de l’enfant. Donc je suis toujours en train de me balader là, et j’ai envie de faire quelque chose qu’ils comprennent d’une part, et qui me fasse plaisir à moi d’autre part. C’est peut-être pour ça que les parents qui écoutent ces chansons s’y retrouvent aussi : c’est passé à travers mon filtre d’adulte. Ils n’ont pas envie de s’ennuyer avec des chansons idiotes.

                                SOCIETE : « Les enfants roulent des mécaniques un peu plus tôt. »

Y a-t-il des sujets que vous refusez d’aborder dans vos chansons ? Ou au contraire, y a-t-il des sujets que vous aimeriez traiter sans savoir comment ?

Il n’y a aucun sujet que je refuse, mais il y a des choses un peu compliquées à traiter. La mort, par exemple, c’est difficile. Je l’ai traitée dans certaines chansons à travers des fables animalières. Il faut faire des chansons allégoriques. Si un sujet me paraît difficile et que j’ai envie de le traiter, je ne vais pas le sortir tant que je n’ai pas trouvé le bon éclairage ni le bon angle pour en parler, pour que les enfants le comprennent bien.

Vous n’avez pas fait de chansons sur le divorce, par exemple, alors que de nombreux enfants sont concernés…

J’en ai fait une, mais elle était tellement triste que tout mon entourage pleurait ! J’ai une chanson qui parle de la rentrée de classe d’un enfant dont les parents travaillent, et donc il rentre chez lui tout seul avec sa clef et il se débrouille avec ce qu’il a (J’attends Maman, j’attends Papa). Mais ça ne sous-entendait pas vraiment que les parents étaient divorcés. C’est un sujet difficile. Je n’ai pas encore trouvé l’angle.

S’adresse-t-on aux enfants de 2010 comme on s’adressait aux enfants de 1980 ?

Oui. Simplement, j’ai remarqué que la tranche d’âge qui m’écoute a baissé. Avant, je pouvais toucher les enfants jusqu’à 9-10 ans. Maintenant, à cet âge-là, ils ont un peu quitté mon univers. A cause ou grâce à la télévision, ils roulent des mécaniques un peu plus tôt. Ils reviennent à moi à la post-adolescence et au début de l’âge adulte parce qu’ils ont gardé un bon souvenir de moi. Et ils m’écrivent beaucoup – notamment via Facebook.

                   INTERNET : « Concernant le téléchargement, je suis au même tarif que Madonna. »

Vous avez un site, un blog, un Facebook, un Twitter. Cette présence sur Internet est très étonnante, pour un chanteur pour enfants, et pour un homme de votre âge…

Pourquoi étonnante pour un chanteur pour enfants ? Le type de chanson n’a pas tellement d’importance s’il y a un support technologique intéressant pour toucher un public. Ce n’est pas parce que c’est de la chanson pour enfants que ça ne peut pas aller sur ces formats-là. Par contre, vous avez raison quant à l’âge : quand je vois mes contemporains, ils sont un peu perdus dans ce genre de technique. C’est vrai qu’à cet âge-là on se dit : « Ouh la la, c’est pas pour moi, j’y connais rien, j’y comprends rien ! »

Est-ce que vous maîtrisez assez ces techniques pour vous occuper vous-même de ces plateformes d’échanges ?

Pour tout ce qui est d’ordre purement technique, comme mettre en ligne des contenus audio ou vidéo, je ne le fais pas moi-même parce que je ne sais pas le faire. Je pourrais apprendre, mais il y a quelqu’un à Paris qui s’en occupe pour moi. Mais au-delà de ça, je réponds moi-même à tous les gens qui m’écrivent, oui. Je n’ai pas envie que ce soit eux qui s’en occupent, ils n’ont pas ma tournure, donc je préfère le faire. Mais je réponds de manière assez simple, assez succincte. On m’envoie des tartines très sympathiques où on me dit qu’on a grandi avec mes chansons, alors je fais un bisou aux enfants et je remercie pour le petit mot mais je ne fais pas de lettre. Ça me prendrait trop de temps.

Avez-vous ressenti une baisse vente de vos disques avec le téléchargement ?

Comme tout le monde, oui. Je suis au même tarif que Madonna. C’est une perte mondiale de 70% des ventes. C’est une baisse sensible, c’est énorme.

Avez-vous fait fortune ?

J’ai pu me payer une maison, j’ai pu me payer une belle voiture, mais je ne pense pas qu’on puisse parler de « faire fortune ».

                                QUESTION EN CHANSON : « J’étais un enfant assez sage. »

« C’est à l’école tagadagada qu’on apprend les bêtises ! » En avez-vous appris beaucoup, à l’école ?

Non, j’étais un enfant assez sage, finalement. Je ne mettais pas la pagaille pour faire rire mes petits copains, j’étais plutôt discret.

Est-ce que vous avez réalisé un de vos rêves d’enfant ?

Les rêves m’arrivent un peu tout seul : je n’ai pas eu besoin d’aller décrocher la lune. La chance est beaucoup venue à moi. Mais les choses importantes et fondamentales, vous savez, il n’y en a pas beaucoup. On peut rêver de faire fortune, bien sûr. On peut imaginer par exemple qu’on a un grand coup de chance qui nous tombe dessus et c’est formidable. Mais ce n’est pas comme ça que ça se passe. Ce sont de petites chances, ce sont plein de petits éléments de la vie qui finissent par vous faire la vie belle.

Que peut-on vous souhaiter pour 2010 ?
Les fondamentaux : la santé. Et après, tout découle de ça.

Propos recueillis par Florence Porcel