[CV-VIDEO] Deux mois après, un premier bilan (1/4)

23 janvier 2010 dans En vrac, Personnel

  1) Réalisation du court-métrage

Dimanche 15 novembre

« Tiens, et si je faisais un CV-vidéo ? » Mon besoin de créer quelque chose de mes blanches mains me démange, autant que ce soit pour la bonne cause. J’inonde tout Paris de mes CV depuis juillet sans résultat, ça commence à bien faire. J’ai envie d’un nouveau défi, et si en plus je peux prouver ce que je sais faire, c’est encore mieux. J’ai en tête l’exemple d’un mec qui avait fait un truc vachement bien (« Je veux travailler »), mais pour des raisons techniques, je ne peux pas faire de clip. Ça tombe bien, j’ai horreur de faire ce qui a déjà été fait. Et dans ma tête, un court-métrage se dessine…

Le ton d’Amélie Poulain s’impose. Je commence par écrire le texte, en essayant de faire au plus court mais de tout dire. Pas si facile… Une fois le texte écrit, je le découpe par bouts de phrases, voire par mots. En face, j’imagine le visuel. J’essaye de me souvenir de ce que j’ai en stock (extrait de spectacles, photos, vidéos, extraits audio, etc) et je décris ce qu’il faudra tourner. Je vois des choses très précises, sauf pour quelques phrases où je manque cruellement d’imagination. Je passe donc ma soirée sur MSN avec ma coupine Virginie, as de la mise en scène. Elle a – évidemment – d’excellentes idées. Impossible de dormir, je suis trop excitée par ce défi à relever !!

Lundi 16 novembre

J’ai cours toute la journée. Le soir, je commence à faire des coupes dans les vidéos. Ca implique de tout regarder plusieurs fois pour voir si une phrase, un couplet, une mimique, pourrait me servir. Mais en faisant attention de ne voir que moi à l’image. Je ne pense pas avoir le temps de demander la permission à tout le monde, je veux que ce soit en ligne le plus vite possible. Mais là encore, impossible de dormir…

Mardi 17 novembre

J’ai cours toute la journée également, mais j’ai une pause de 2 heures pendant midi. Avec Marie et une de ses amies, on tourne les plans à la fac. Le trépied prêté par Yannick est indispensable. Je continue de farfouiller dans mes archives le soir en faisant des coupes proprement (mon story-board écrit m’est d’une grande aide !!) pour avoir des séquences toutes prêtes. Je visionne plusieurs fois les 20 minutes de prises de vue de la fac, et note consciencieusement les coordonnées des meilleurs passages.

Mercredi 18 novembre

Je me lève tôt pour aller prendre les photos qui me manquent. Dans l’ordre : Le Bon Marché, La Grande Epicerie de Paris, Nestlé Waters. Mine de rien, ça m’occupe la matinée. Je passe le reste de la journée à monter quelques séquences avec ce que j’ai déjà, sur un brouillon de voix-off. J’en boucle une ou deux, ouf ! Je ne m’attendais pas à tel travail d’orfèvre. Trois heures de travail pour une séquence d’une vingtaine de secondes. Et dire que je veux que ça dure 2min30… Tout ça m’empêche donc de dormir. J’en profite pour faire un planning détaillé de ma journée de tournage du lendemain. Pas une seule seconde à perdre.

Jeudi 19 novembre

Virginie arrive en fin de matinée. J’avais mis mon réveil assez tôt pour fabriquer le panneau « CHERCHE CONTRAT etc… » et pour rassembler toutes les affaires dont nous aurons besoin. C’est l’adrénaline qui me fait tenir debout. Et c’est une journée délicieuse de travail intense… Vous n’imaginez pas la dose de concentration nécessaire pour faire l’andouille !! Nous ne nous sommes pas permis une seule minute de déconnade. J’ai gardé tous les rush, je peux le prouver. On a même eu de grandes discussions portant sur des désaccords, notamment sur la séquence avec le panneau « prenez-moi ». Finalement j’obtiens gain de cause, mais je cède sur d’autres choses. C’est un véritable travail d’équipe. Marie nous rejoint en cours de route, et reprendra le flambeau après le départ de Virginie. Malgré l’épuisement, je peine encore à m’endormir. Alors je visionne, bien calée au fin fond de mon pouf, les deux grosses heures de prises de vue, et prenant des notes. Le manque de sommeil s’accumule dangereusement…

Je voudrais faire un salut amical aux vieilles rombières de mon immeuble…

 … et remercier la voisine du 9ème de m’avoir prêté son ficus à son insu. J’avais la flemme de faire la plante verte. Je ne peux pas TOUT faire non plus.

Vendredi 20 novembre

Journée montage. Réunion avec mes copines qui me prend 4 heures de mon temps, transport inclus. Mais je fais le plus gros, séquence par séquence. Je commence évidemment par le plus rigolo (la séquence « casting ») et je termine par le plus chiant (la séquence « fac »). Un peu plus de 15 heures sur mon ordinateur, à regarder, noter, reregarder, couper, coller, effacer, rechercher, avoir d’autres idées, rereregarder, être agréablement surprise par une trouvaille pas prévue, couper, coller, rerereregarder, caler, trier, jeter, recommencer…

Je refais la voix-off correctement. C’était acrobatique. Pencher l’écran du PC pour pouvoir coller ma bouche à la webcam intégrée tout en tenant le papier avec le texte sans que les froissements s’entendent. Et en plus, je suis pétrie de courbatures de la veille.

Je souffre, mais c’est tellement bon… J’ai hâte de voir le résultat. Je pressens quelque chose dont je serai fière. Et, évidemment, l’excitation m’empêche encore de dormir.

Samedi 21 novembre

J’ai cours le matin, et mes parents, exceptionnellement sur Paris, me rejoignent. Nous allons déjeuner rue Mouffetard, et nous voilà partis pour l’exposition Soulages. Je sens mes forces physiques m’abandonner au fur et à mesure. La visite au musée m’achève, heureusement que le trajet jusqu’à chez mon oncle se fait en voiture. Nous fêtons les 12 ans de ma cousine, et moi… je m’endors comme une masse sur le canapé. Humfr. Le soir, je fais du montage jusqu’à 4 heures du matin, encore.

Dimanche 22 novembre

Je vais déjeuner chez mon oncle, où je tourne la séquence avec mes parents. Plus qu’à l’intégrer au résultat presque final. Je repars dans le milieu de l’après-midi pour finir le montage et le fignoler. Je veux que tout soit parfait, que tout soit calé au millimètre. Ça dure un tout petit peu plus longtemps que prévu, donc je rogne des secondes, par-ci par-là. Je vérifie le rythme, recale un son qui n’était pas raccord avec une image, etc… Je peaufine, quoi.

Et enfin, je valide, j’enregistre le fichier, et je m’installe confortablement avec un thé. Je lance le film en plein écran. Fébrile. Si j’ai le moindre doute, je laisse tomber. Je ne peux pas me griller. Internet, c’est trop dangereux, je ne prendrai pas le risque.

Mon adresse mail apparaît une dernière fois. Un sourire illumine mon visage. Je n’ai aucun doute. Je suis fière du travail accompli.

Je teste auprès de Yannick, de Marie et de Virginie, par mesure de précaution. Ils sont unanimes. Vers 18 heures, c’est donc en ligne sur Youtube.

Je commence par faire de la pub sur Facebook, et je fais un premier mailing employeurs. Epuisée, je vais me coucher. J’ai du mal à m’endormir, mais je suis heureuse : défi relevé !

Making-off du tournage

Il n’est pas extraordinaire – je vous avoue que le temps me manque pour monter quelque chose qui ait vraiment de la gueule. Mais j’espère que ça vous amusera un peu !

A voir ici !