[MDRS 148] Billet pour L’Union 4

janvier 28, 2015 dans Billets pour L'Union, Mission MDRS 148, Vers Mars

Allô la Terre ? Ici Mars – ou sa copie conforme dans le désert américain de l’Utah. Aujourd’hui, première crainte. L’objectif principal de la mission est de tester des procédures d’urgence. Ce matin, on a eu une formation donnée par Lucie, notre commandant, et Tiffany, qui conduit l’expérience. L’idée est de simuler un feu ou une dépressurisation avec plusieurs scénarios plus ou moins difficiles. On en fera tous les deux jours, l’heure sera tirée au sort ainsi que le rôle assigné à chacun.

Mais ça fait beaucoup d’informations : apprendre ce que chacun doit faire dans chaque situation en quelques minutes, c’est compliqué. Assimiler le vocabulaire utilisé (la mission est en anglais), ça me semblait hors de portée. Je me suis sentie découragée.

Mais on a fait l’exercice une fois. J’ai tiré le numéro 5 : c’était à moi de trouver l’origine de la fuite. Elle n’était pas réparable, on a dû évacuer.

Finalement c’est rigolo, ce jeu de rôle grandeur nature…

Lucie, Nuno et moi dans le sas de décompression avant l'évacuation

[MDRS 148] Billet pour L’Union 3

janvier 27, 2015 dans Billets pour L'Union, Mission MDRS 148, Vers Mars

Allô la Terre ? Ici Mars – ou sa copie conforme dans le désert américain de l’Utah. Première surprise : le temps s’écoule de manière très étrange, ici. Et pourtant, on ne simule pas la durée du jour martien qui est de vingt-quatre heures et quarante minutes !

L’Équipage qu’on a relevé est parti hier matin et on a tous l’impression que ça fait des semaines. Pourtant, on ne voit pas passer les journées et j’ai bien du mal à me souvenir de ce qu’on a fait la veille. Vraiment étrange. Sans doute parce que le planning est tellement calibré et chargé de tâches diverses à accomplir à la chaîne qu’on n’a pas le temps de les assimiler avant de passer à la suivante…

Je me demande si des neuropsychologues se sont penchés sur la perception du temps dans ce genre de mission. Étant donné qu’elles servent à préparer les futurs vols habités sur Mars, ce serait primordial de comprendre les mécanismes en jeu. Pour utiliser les quarante minutes supplémentaires au mieux…

[MDRS 148] Billet pour L’Union 2

janvier 26, 2015 dans Billets pour L'Union, Mission MDRS 148, Vers Mars

Allô la Terre ? Ici Mars – ou sa copie conforme dans le désert américain de l’Utah. À cause de contretemps, nous n’avons pas pu commencer la simulation à midi. C’était un mal pour un bien : il faisait si beau que nous sommes allés explorer sans combinaison  les collines dignes des panoramas de Curiosity. Les mots me manquent pour exprimer à quel point cet endroit est sublime. (Ce n’est pas si grave, j’ai tout filmé.) J’ai tenu à faire des photos de groupe et des photos individuelles : nous avons désormais nos portraits officiels !

De gauche à droite : Lucie, Tiffany, Duarte, Nuno, Louise, et moi !

Après quelques selfies pour le fun, j’ai posé téléphone et caméra et je suis allée m’asseoir longuement au sommet d’une colline. C’est tellement important d’imprégner ses rétines de ce qu’on v(o)it d’extraordinaire…

Et quand Lucie, notre commandant, a annoncé : « Nous sommes officiellement en simulation ! » quelques heures plus tard, un frisson m’a parcourue. Ça y est, nous sommes sur « Mars » !

 

 

[MDRS 148] Billet pour L’Union 1

janvier 25, 2015 dans Billets pour L'Union, Mission MDRS 148, Vers Mars

Allô la Terre ? Ici Mars – ou sa copie conforme dans le désert américain de l’Utah. Je vous écris depuis ma chambre avec vue sur un paysage austère et sublime, dont les collines marbrées de rouge, de beige et de rouille contrastent avec le bleu pur du ciel matinal – couleur bien terrestre, hélas.

De toute façon, la simulation n’a pas encore commencé. Nous sommes arrivés hier et l’équipage 147 nous a briefés sur tout ce qu’il faut savoir : mise en place des casques de combinaison, conduite des quads, position des extincteurs (la serre a brûlé le mois dernier…), rapports quotidiens à envoyer à la « Terre », etc.

Nous avons dîné de pizzas maison et fêté les 25 ans de Louise, notre astronome. Malgré notre épuisement lié au décalage horaire, nous sommes allés regarder les étoiles à l’air libre.

À partir de midi, aujourd’hui, nous ne respirerons plus que dans nos combinaisons quand nous sortirons explorer ce paysage rougeoyant…